L’aromathérapie

L’aromathérapie est l’utilisation médicale des extraits aromatiques des plantes (Essences et Huiles Essentielles). Le terme a été utilisé pour la première fois par le Mr Gattefossé en 1935. Il faisait des recherches en parfumerie, et se brûla grièvement les mains, lors d’une explosion de laboratoire. Très gravement brûlé, et soigné selon les moyens de la médecine contemporaine, il fut rapidement atteint de gangrène gazeuse. En dernier recours, retirant ses bandages, il appliqua sur ses plaies infectées de l’huile essentielle de lavande Vraie. Les résultats furent stupéfiants, et confirmèrent son intuition : l’essence de lavande Vraie possédait de réelles propriétés antiseptiques et cicatrisantes.

lg_maquette_blog_pageAromatherapie_10_ws1034787244

Aujourd’hui l’aromathérapie s’est faite une place dans le milieu médical et s’intègre de plus en plus dans le milieu hospitalier. De nombreuses recherches scientifiques valident l’efficacité de l’aromathérapie (plus de 450 études mondiales), et les domaines d’application sont multiples et variés.

dossier-aromathérapie_index

Les propriétés des huiles essentielles sont multiples :

  • anti-infectieuses : antibactériennes (dues au carvacrol, au thymol, à l’eugénol, à l’aldéhyde cinnamique, aux monoterpénols, etc.), antimycotiques (dues aux alcools et aux lactones sesquiterpéniques), antivirales (dues aux monoterpénols, monoterpénals, etc.), antiparasitaires (dues aux phénols, à l’ascaridole, etc.), insectifuges et insecticides (citronnelle de Ceylan, camphre du camphrier du Japon, etc.)
  • anti-inflammatoires (dues aux aldéhydes, au chamazulène, etc.)
  • anticatarrhales : expectorantes (dues au 1,8-cinéol), mucolytiques (dues aux molécules cétoniques et aux lactones)
  • anti-histaminiques
  • antispasmodiques (dues aux éthers et aux esters)
  • antalgiques, analgésiques et anesthésiques
  • calmantes, hypnotiques et anxiolytiques
  • propriétés endocrinorégulatrices : comme les œstrogènes, comme la cortisone, etc.
  • propriétés vasculotropes et hémotropes : hyperémiantes, phlébotoniques, lymphotoniques, anticoagulantes (dues aux coumarines) et fibrinolytiques, antihématomes (HE d’hélichryse italienne), hémostatiques, hypotensives
  • propriétés digestives : eupeptiques, carminatives, cholagogues et cholérétiques (dues à la menthone, la carvone et la verbénone)
  • antitoxiques
  • antivenimeuses
  • antirhumatismales
  • stimulantes ou apaisantes
  • aphrodisiaques
  • etc.

posteressentiel

Les huiles essentielles (HE) sont des molécules actives, elles peuvent avoir des effets indésirables graves. Il est important de respecter la posologie et la durée de la prise.

Les accidents plus ou moins graves qui se sont multipliés ces dernières années avec la vulgarisation grandissante des huiles essentielles ont posé le problème de la formation du public qui peut se procurer ces substances en vente libre et directe. Si certaines huiles comme la lavande ou le tea tree présentent un seuil de toxicité relativement élevé, d’autres peuvent contenir des substances neurotoxiques ou abortives dès les premiers niveaux de surdosage.